Bienvenue sur le forum d'écriture des âmes tendres !

Bonjour et bienvenue sur ce site d’écriture.

Je me présente, PetitPrince, ton hôte. C’est la curiosité ou le hasard qui a guidé tes clics jusqu’ici ; alors, histoire que tu ne sois pas perdu, je vais t’expliquer ce qui s’y passe hihi.

Grosso modo, on s’amuse à poster des petits textes, autour des sujets ayant trait à l’amour, tout ça, tout ça. Séduction, amours épistolaires, récits érotiques : les sujets sont assez variés. Quelques petites discussions s’ouvrent aussi en réaction à un texte. C’est assez sympa blabla .

Dès qu’un membre poste dans l’un des sujets, et bien, son texte se retrouve propulsé sur le devant de la scène : la page d’accueil amen.
Voilà. Bien que ça ait l’air d’un forum, il faut plus penser ici à présenter tes textes comme des "œuvres littéraires". Le but du jeu est donc d’écrire de très jolies choses, faites pour le plaisir de la lecture amuse.

Alors si tu te sens l’âme d’un scribouillard, d’un écriveron, ou d’un joyeux chroniqueur, viens donc nous faire partager ton talent, en publiant sur le site d’écriture des âmes tendres clin !

Ses cheveux longs

Il aimait ses cheveux longs, bien qu’il ne les trouvât pas assez long à son goût. Alors, un matin après lui avoir fait l’amour, il lui dit
Tu sais, les cheveux longs sont digne de féminité

J’aime les détacher lorsque tu les mets en chignon , j’aime les voir retomber en cascade sur tes blanches épaules

J’aime aussi ces mèches qui s’échappent lorsque tu fais une queue de cheval et j’aime défaire l’élastique qui les retient, pour les voir s’envoler au vent léger.

J’aime quand ta main essaie de les repousser lorsqu’ils viennent dans tes yeux
J’aime par dessus tout te voir nue, les cheveux relâchés, recouvrant tes seins lourds comme pour les cacher
Et j’aime aussi tirer tes cheveux lorsque tu me supplies de te prendre comme une "chienne " ...
Le Ven 11 Nov 2016, 16:05 par 
caressedesyeux
sur Les liaisons sulfureuses

Dans le train

Elle lit. Absorbée.
Il la regarde. Il s’imprègne d’elle. Il avale son image. Il s’en nourrit. Il s’en abreuve . A croire qu’il n’a rien bu ni mangé depuis longtemps.
Elle, ne se doute de rien. Absorbée par sa lecture. Parfois son pied bouge. A peine. Parfois, elle lève les yeux. Les perd dans le paysage qui défile. Toujours revient à son livre. Elle est si loin.
Pourtant, il la dévore. Férocement. Sa bouche est pleine de salive. Les crampes clouent son estomac. Il ne mâche pas. Il avale. Voracement . Il n’est jamais rassasié . Il a la faim du monde.
Elle, elle lit. L’indifférence du monde.
Soudain, une brève secousse fait trembler le train. Puis une autre. Crissement de frein. Les lumières s’éteignent . Une dernière vision : un regard de surprise et d’effroi. Noir absolu. Dense. Il sent dans sa gorge à elle, la peur qui enfle. Dans les mots murmurés, une terreur blanche.
Enfin, se presse contre lui un corps chaud, animal. Instinct primitif. Peu lui importe. Il est heureux. Incroyablement heureux.
Le Mer 26 Oct 2016, 17:44 par 
FB
sur La vie à deux

Le champs de tournesol (duo)

Le soleil dispense généreusement ses rayons
Les tournesols prennent de belles couleurs,
Et n’attendent qu’à être cueillis
Par les agriculteurs
Ils sont beaux et de belle hauteur
Cela me donne des idées.
Faire une partie de cache-cache avec toi.
Dans ces magnifiques champs
Qui s’étendent à perte de vue,
Devant nos yeux émerveillés
Je n’ai pas encore fini mon boniment
Que déjà tu plonges subitement
Parmi ces tournesols majestueux
Car tu ne crains pas de te perdre
Dans ce labyrinthe immense,
Où les insectes, surpris et curieux
S’amusent à nous observer.
Tu cours très vite pour une femme
Je n’arrive même pas à te suivre,
Je me demande où
Tu as bien pu aller te cacher
Dans ce gigantesque dédale
Pourtant ton merveilleux rire cristallin
Qui tel une musique s’étale
Vient percuter mes oreilles
Résonnant d’une douce mélodie
Il te situe parfois si près de moi,
Et pourtant si lointaine, tout à la fois.
Là, par terre, une trace, un indice
Ton foulard à un croisement
C’est un signe qui ne trompe pas
Je pourrais te suivre les yeux fermés.
Plus loin... Encore une bifurcation
Encore une autre pièce de lingerie fine
Ah, la petite coquine !
Ton petit manège bien je devine
Nue, dans ce champ, je t’imagine...
Si belle, si douce et si féminine...
J’en ai une montée d’adrénaline...
Une ombre a bougé !
Là !!
Hop !
Je t’ai enfin rattrapée !
Et je serre fortement contre moi,
Cette merveilleuse femme dont je ne saurai me passer
Pour tendrement l’embrasser.

caressedesyeux/ inconnu
Le Ven 30 Sep 2016, 19:16 par 
caressedesyeux
sur L'amour en vrac

Peinarde !

Aujourd’hui, j’ai entendu chanter le coucou. Enfin il me semble. J’étais complètement à l’ouest. J’avais pas mal fumé la moquette faut dire !
Il parait que quand t’entends chanter le coucou, si t’as du fric dans ta poche, ça rapporte gros. Peu de temps après tu te trouves pété de thunes.
Moi, ça m’est jamais arrivé. Je suis souvent plutôt raide côté pognon. Pourtant j’en rêverais d’être pleine aux as pour pouvoir enfin me dorer la pilule au soleil des tropiques !
ça me rappelle Marcel. J’avais le béguin pour ce mec. Seulement, j’en tenais une couche pour ne même pas voir qu’il était méchant comme la gale.
J’ai compris le jour où il s’est radiné avec une gonzesse maquillée comme une voiture volée. J’ai voulu lui demander des comptes à cette perruche mais elle s’est mise à faire sa mijaurée. Et le Marcel, il m’a dit :
- Dégage, c’est pas tes oignons !
En vraie soupe au lait, je me suis mise en pétard, puis je me suis dégonflée. Je suis partie en chialant.
Heureusement que notre histoire elle a fait pschitt ! J’étais pas de taille à me tirer la bourre avec d’autres femelles, surtout pour un type comme Marcel !
Aujourd’hui, je suis peinarde, j’écoute le chant du coucou.
Le Mer 22 Juin 2016, 00:36 par 
FB
sur Histoires d'amour

Le désir

Le désir
Sans forcément l’assouvir
Juste le ressentir
Imaginer frémir
Sous les caresses
La douce allégresse
Qu’elle m’offrirait
Sentir son corps
Contre mon corps
Rêver un baiser
De sa bouche
A ma bouche
Le contact de sa peau
Sur ma peau
Croiser son regard
Y lire une promesse
Et je pars
Le coeur en liesse
Le Jeu 12 Mai 2016, 10:26 par 
Bridget
sur La séduction

Un sourire

J’ai reçu un sourire
Le miel d’une friandise
Il s’est posé sur moi
Caresse de soie
Il m’a pris mes soucis
Il m’a pris mes ennuis
Et donné un baiser
Eclatant et sublime
Je ne l’ai pas gardé
Je l’ai renvoyé
A qui me l’a donné
Puis chacun a emporté
Le miroir qu’on lui tendait
Le Mer 02 Mars 2016, 19:46 par 
FB
sur Mille choses

1er mars 1947

Et voilà qu’aux alentours du 1er mars 1947 un petit malin… en tout cas, un peu plus malin que les autres arrive le premier à la rencontre de l’ovule et que leur union façonne l’être que je suis …
Me voilà donc en « formation » et je commence par me chercher un nid douillet où je vais pouvoir m’accrocher, car déjà … si tu as l’intention de me déloger … il va falloir t’y prendre de bonne heure ! Non, mais des fois !
Alors, voyons voir … commençons par prévoir la nourriture nécessaire à mon développement aussi, séparons-nous en deux : une partie qui me nourrira et… moi !
Très vite, je commence à m’engourdir, je déteste rester immobile… alors, pardon maman, mais je change un peu de position si cela ne t’embête pas trop… et puis si ça t’embête… après tout, c’est toi qui l’as voulu, n’est-ce pas ? Et puis en plus, j’ai envie de faire pipi… c’est chouette ici, j’y ai tout mon confort !
Ha ! Tiens ? C’est quoi ça ? C’est toi maman ? Quand même, tu te manifestes ! Je commençais à croire que j’étais toute seule, moi ! Hum ! C’est bon cette caresse, je sens que je vais souvent te rappeler à l’ordre pour être sûre que tu ne m’oublies pas ! On essaie ? Et vlan ! Un coup de poing … et vlan ! Un coup de pied ! Tu ne penses pas que tu vas m’oublier aussi vite que ça, non !
Hummmm , elle n’est pas mauvaise cette eau… Hic ! … Hic ! … Hic ! … Voilà que je suis prête à m’étrangler, il va falloir que je m’autodiscipline, surtout ne pas abuser des bonnes choses ! Allons ! Un peu de sérieux ! Tiens, c’est bizarre voilà que je fais des drôles de trucs… c’est cela que les adultes appellent « respirer » ? Il va falloir que je me documente… je n’aime pas ne pas savoir quelque chose ! C’est agaçant à la fin !
Hum ! Merci maman pour cette douce caresse, mais… c’est quoi que tu écoutes ? « Parlez-moi d’amour … redites-moi des choses tendres… »* c’est joli ça maman, tu la chanteras encore ? Dis ? …
C’est quoi tous ces bruits ? Tu sais je préfère de beaucoup quand tu chantes, tes gargouillis, tu veux que je te dise, et bien, ce n’est pas terrible… surtout quand j’ai envie de dormir… Bon, je sais, je suis une râleuse, mais il va falloir que tu t’y fasses, parce que ce n’est qu’un commencement… n’est-ce pas ?
Dis-moi ? il va peut-être falloir que nous fassions connaissance… qu’en penses-tu ? Je me demande quelle tête tu peux avoir et puis, je commence à être un peu à l’étroit ici… Nous allons réfléchir à la meilleure façon de mettre un terme à tout ça…
Le Mar 02 Fév 2016, 14:07 par 
Joa4763
sur Un monde parfait

Jaime ca
En attente de validation

Jaime quand on l’amour comme ça
et sa sera pour toujours comme ça
j’aime quand mon pénis rentre en toi
trop de plaisirs j’aime tellement sa
quand tu me serre tes lèvres de vagin
pour donne à mon pénis un câlin
j’aime quand tu me pousses brutalement contre le mur
c’est fou à quel point cela me rend encore plus dur
j’aime quand tu m’attaches
ca il faut que tu saches
que ça me procure beaucoup de plaisir
et tant de désirs

Pourquoi as-tu un vibrateur

Car je suis un fermier qui n’a pas besoin de ce tracteur pour travailler ma terre
Sur les tabous et les non-dits des indécis
Le Lun 02 Nov 2015, 19:30 par 
darkshadow
sur L’amour fantastique

Merci beaucoup

merci beaucoup aime aime aime aime aime aime
Le Mer 23 Sep 2015, 13:32 par 
inlove
sur La déclaration d'amour

Erotisme en dessin

a découvrir... si vous aimez l’erotisme... en dessins...

Https://www.facebook.com/pages/les-dessins-de-denis/62924227
Le Jeu 21 Mai 2015, 18:12 par 
caressedesyeux
sur Annonces

Eros contre thanatos

Entre parler d’amour
et le faire
il y a une différence

Entre parler de faire l’amour
et se marier
il y a un long chemin à faire
une endurance

Eros continue sa lutte contre Thanatos
les guerres frappent jusqu’à l’os

On ne veut plus vomir
nos désirs par les tripes
on ne veut plus de cette anorexie sentimentale
qui finit par détruire
par te casser la pipe

Il y a la vie il y a la mort
mais je ne peux m’empêcher
de penser à l’amore amor.
Le Lun 18 Mai 2015, 00:11 par 
inlove
sur Parler d'amour

c’est exactement ça

c’est exactement ça un choix même inconscient ou afférent à chacun en tous cas selon le psychisme ( état )
confiant
Le Dim 17 Mai 2015, 21:59 par 
inlove
sur Amour internet

Sur la palier de bertrano

Je viens de vous lire et j’ai apprecié cette histoire merci du partage amitié poétique
Le Mar 04 Fév 2014, 20:46 par 
caressedesyeux
sur Exercices de style

Désir et passion

Lorsque ta bouche balbutie le mot désir, né entre tes lèvres,
DE TES YEUX à mes yeux,
de ta bouche à ma bouche,
de tes lèvres à mes lèvres,
jusqu’au creux de mes oreilles,
de TOI à moi,

c’est tout Moi qui fond de désir pour Toi.
Le Mar 22 Oct 2013, 19:27 par 
inlove
sur Citations

La bulle magique!

un texte assez ancien à priori ( date ), mais de belles images, qui font voyager et mieux imaginer cette métaphore protectrice entre autres, cette bulle!
Le Dim 13 Oct 2013, 22:33 par 
inlove
sur Articles

A propos de mon texte les amants

bonsoir, merci d’avoir apprécié le texte, mais je ne comptais pas faire une suite mais si la plume vous inspire vous pouvez le continuer amicalement
Le Sam 14 Jan 2012, 21:05 par 
caressedesyeux
sur La première fois

Comme ça, en passant, par curiosité...

... il n’aurait pas un frère ??

Merci de ta réponse, Elixane. Bien sûr qu’il faut se battre ! Encore faut-il trouver l’homme pour qui on se dise: "Je sais que ca ne va pas être facile mais avec lui, ça vaut le coup."

Je n’attends pas la facilité dans la relation. Je serais bien naïve ! J’attends de la simplicité dans la rencontre !
Tous ces petits jeux tortueux, tous ces gens tellements ancrés dans la société de consommation que l’on devient soi-même soumis aux mêmes règles de consommation de masse. Tous ces gens qui, à force de tout vouloir, ne savent plus ce dont ils ont vraiment envie.

Je ne veux pas consommer, je veux vivre ! Ressentir, vibrer...
Pour l’amour, peut être qu’il viendra ou pas
Le Sam 21 Nov 2009, 09:47 par 
Asma
sur Le grimoire d'amour

La fuite d'eau

Il y a une chose qu’une femme seule met en panique, c’est une fuite d’eau dans la salle de bain. Et celle qui venait de se déclarer dans la mienne avait vraiment toutes les raisons de m’inquiéter. Elle avait du commencer au milieu de la nuit, et lorsque je me rendis dans la salle de bain pour prendre ma douche, je pataugeais dans trois bons centimètres d’eau. Je me ruais dans le salon et décrochais le téléphone tout en cherchant fébrilement dans mon carnet le numéro du plombier de l’immeuble.

« J’arrive dans cinq minutes me dit-il, coupez l’arrivée d’eau centrale, le robinet est dans le placard du cabinet »

Je n’avais pas la force de tourner ce fichu robinet, je dus me résoudre à attendre mon sauveur, assise dans l’entrée à fumer une cigarette censée me calmer.

J’entendis le bruit de l’ascenseur s’arrêter, la porte s’ouvrir, et finalement le bruit des talons se rapprocher de ma porte.

Sans attendre que la sonnette retentisse, j’ouvris la porte. Il tenait une lourde caisse à outils dans sa main droite, et dans sa main gauche une rose. Jaune avec un liseré carmin.

« Je l’ai coupée dans mon jardin en partant, ça vous consolera peut-être de votre fuite d’eau» me dit-il en me la tendant gentiment.

Surprise, je le remerciai. Sa rose était splendide, fraîche comme la rosée du matin. Son parfum emplit aussitôt l’entrée, et j’oubliais en un instant tous mes soucis. Cette attention était tellement inattendue, tellement délicate. J’arrêtais de contempler cette fleur pour voir mon plombier sortir des cabinets.

« La vache, il était vraiment dur à tourner ce robinet, mais je l’ai gagné » me dit il en souriant amusé.

Et en plus, ce type était charmant. Non seulement il était délicat, mais il était charmant. Mes yeux s’attardèrent un instant sur son corps, que le travail de force avait rendu puissant tout en restant fin.

Un frisson ma prit sous la nuque, et je sus à ce moment que ma matinée serait foute. Je le précédai pour lui indiquer le chemin de la salle de bain, profitant de ce que je lui tournai le dos pour resserrer le bas de mon peignoir, et entrouvrir le haut. Je sentais ses yeux sur mes hanches, et lorsque je le laissai passer pour contempler le désastre dans la salle de bain, je détournai un instant les yeux afin que les siens plongent sans embarras dans mon décolleté amène.

« Houlà, effectivement ! » s’ecria-t-il.

Il se démena comme un diable pour trouver finalement le joint fautif, entrepris de le changer et écopa l’eau dans la baignoire. Lorsqu’il eut finit, il était trempé, et je lui proposa de faire sécher ses affaires dans mon séchoir électrique, et que si il voulait il pouvait prendre une douche.

« Et vous, vous voulez ? » me demanda t il en me fixant droit dans les yeux.

Alors que je murmurai un « oui » courageux en fermant les yeux, je sentis ses mains faire tomber mon peignoir. Nous fîmes l’amour dans cette salle de bain, passant de la douche sur le séchoir, en faisant une petite incursion dans un énorme tas de serviettes propres.

Je réajustai sans enthousiasme mon peignoir de bain, rencontrant dans la glace mes yeux fatigués. Ce n’était pas raisonnable. Ce n’était pas raisonnable de se laisser aller avec un inconnu, mais c’était bon, oh que c’était bon.

«Tu vois» me dit il en finissant de réajuster son pantalon à présent sec, «tu ressembles à la rose que j’ai cueillie pour toi. Cette rose n’a pas d’épines, tu verras. Tu as son parfum enivrant, sa fraîcheur gourmande, et surtout tu ne te caches pas derrière d’illusoires épines.»
Je restai un peu interloquée, ne sachant pas si je devais prendre ces mots pour de la goujaterie de mauvais dragueur. Mais il s’approcha de moi, et m’embrassa avec tant de tendresse qu’il dissipa ces doutes.

« Ca fait des mois que je prie pour que tu m’appelles. Ca fait des mois que je te regarde et que je te désire. Je voudrais, enfin, si tu veux bien, je voudrais te revoir, être avec toi, essayer quelque chose quoi, enfin tu vois ». Ma bouche s’ouvrit de surprise et mes yeux ne purent contenir l’émotion provoquée par cette révélation. Je me blottis dans ses bras, comme un dernier recours, dans un merci muet.

Lorsque je le raccompagnai enfin dans l’entrée, j’observai attentivement sa rose. Effectivement, à la place des épines, elle avait des petites touffes de duvet soyeux, qui donnaient aussitôt l’envie de caresser. Je levai mes yeux et surprit les siens me contemplant avec tendresse. Il ouvrit la porte d’entrée sans un autre mot, et s’engouffra dans l’ascenseur qui semblait l’avoir attendu.

Je me précipitai sur le palier et le retint par l’épaule. Je lui pris un dernier baiser gourmand avant de le rendre à son travail. La porte de l’ascenseur se referma, me laissant seule sur le palier avec cette rose sans épines.
Le Jeu 14 Avril 2005, 09:41 par 
PetitPrince
sur Textes à jalons

Edito:

« La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu’on l’aime de toute son âme, et qu’on n’est jamais tenté de lui être infidèle. »

Anatole France.

Partagez, si vous aimez

La trousse

Derniers textes

Livres recommandables

Histoires pornographiques
Abe Valentine
La Musardine
Sex in the kitchen
Delvaux Octavie
La Musardine
Libérer son écriture et enrichir son style
Pascal Perrat
Editions Victoires
Exercices de style
Raymond Queneau
Gallimard
Tes désirs sont des ordres
Eric Mouzat
J'ai lu
Nouvelles histoires à faire rougir
Marie GRAY
Pocket
Récits coquins des plaisirs défendus
Elisabeth Vanasse
J'ai lu
Homo erectus
Tonino Benacquista
Gallimard
Ma reddition : Une confession érotique
Bentley Toni
La Musardine
Onze nouvelles à lire seule, les soirs de match de foot...
Emmanuelle POINGER
Pocket


Retrouvez toutes nos bonnes lectures sur : La boutique des âmes tendres

La citation d'amour

Ah ! Qu'il fait donc bon cueillir la fraise ! Au bois de Bagneux quand on est deux.

Adolphe de Leuven.

Qui est en ligne ?

  • Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
  • La date/heure actuelle est Sam 03 Déc 2016, 22:44
  • Nos membres ont écrit un total de 4433 textes
    Nous avons 1220 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est sonia19
  • Il y a en tout 12 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible, 11 Invités et 1 Bot   [ Administrateur ]   [ Modérateur ]
  • Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 311 le Sam 21 Juil 2012, 20:22
  • Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun
    Bots : Google
  • Ces données sont basées sur les utilisateurs actifs des cinq dernières minutes

Dernières visites

  • FB le Jeu 24 Nov 2016, 03:17
  • caressedesyeux le Ven 11 Nov 2016, 16:05
  • Bridget le Mer 26 Oct 2016, 19:12
  • akon33 le Ven 21 Oct 2016, 14:43
  • PetitPrince le Mar 18 Oct 2016, 06:53
  • Sad le Ven 02 Sep 2016, 09:13
  • dolce vita le Mar 21 Juin 2016, 20:04
  • e.lilith le Mer 15 Juin 2016, 18:12
  • Iona le Lun 09 Mai 2016, 20:17
  • Jeaneck le Lun 02 Mai 2016, 00:09
  Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Se connecter automatiquement à chaque visite